En Afrique, il existe des milliers de contrées et de villages qui vivent dans le respect des us et coutumes tel que prescrit par les ancêtres. Ces endroits sont fiers de la longévité d’un artisanat unique, bien que traditionnel. Ainsi, soit à travers leur architecture ou leur savoir-faire, ces villages ont conservé leur rusticité jusqu’à être considéré comme des villages artistiques. Ils attisent de ce fait à la fois la curiosité de touristes nationaux, mais également internationaux. Suivez-nous dans cette immersion au sein de quelques villages artistiques d’Afrique.

 

La tribu Ndébélé en Afrique du Sud

 

 

Comptant seulement 400 000 personnes, le peuple Ndébélé est l’une des ethnies minoritaires d’Afrique du Sud. On les retrouve essentiellement dans les régions du Transvaal oriental et de Middleburg. La notoriété de la tribu s’est faite autour d’une tradition locale orientée vers l’art. Aussi bien les maisons que les vêtements de la tribu sont faits de couleurs vives et de figures géométriques atypiques.

 

Les femmes Ndébélé sont connues pour leur savoir-faire dans la réalisation de bijoux en perles. Elles se distinguent également à travers des dizaines de kilogrammes d’anneaux en cuivre et des perles qu’elles arborent autour du coup et des bras.

 

Si la richesse culturelle des Ndébélés rayonne et est autant valorisée, c’est également grâce à un art architectural sans équivoque. Les maisons sont construites par les hommes avec de la boue séchée, de l’argile, des branchages et des troncs d’arbres. La partie structurelle terminée, ce sont les femmes qui s’occupent de décorer la façade des maisons avec des motifs et peintures murales reflétant l’identité des Ndébélés.

 
L’art du peuple Dogon

 

 

L’art du même nom que celui du peuple dont il est issu est attribué au patrimoine culturel malien. En effet, cet art vieux de plusieurs siècles est originaire de la falaise escarpée de Bandiagara où vivent les Dogons.

 

En gros, l’art Dogon repose essentiellement sur la réalisation de statues et de masques de danses sculptés. Il s’agit d’œuvres d’arts dont la plupart sont apparues à parti du XIVe siècle après la conquête du territoire Tellem par les Dogons. Les statuts elles en règle générale représentent le dieu créateur Dogon et les Nommo (les huit ancêtres primordiaux). En ce qui concerne les masques de danses, ils sont pour la plupart destinés à être utilisés lors de rituels traditionnels. Le plus important est le Sigui qui se tient tous les soixante ans et dont le rôle est d’expier les péchés.

Aujourd’hui, les œuvres Dogons font la fierté du Mali dans les musées du monde entier allant de l’Europe à l’Amérique.

 

Tiébélé : la fierté du pays des hommes intègres

 

 

Au Burkina Faso, un petit village situé à la frontière avec le Ghana fait la fierté de tout un pays. Non pas pour un sol riche en or, mais grâce une architecture considérée comme une véritable œuvre d’art. Situé en pays Kassena, ce village est fait de dizaines de petites cases qui attisent la curiosité. Construite avec de solides briques de boue, la particularité de ces cases réside dans la complexité des teintures appliquées et des figures géométriques réalisées. Ces figures font partie de l’identité visuelle du Burkina à travers le monde.

 

Plus atypiques, tous les ans avant la saison des pluies aux alentours du mois de mai, les femmes refont collectivement la peinture ainsi que la décoration murale des cases.